Protection de l’être humain

De nouvelles connaissances scientifiques peuvent contribuer à la protection de la santé. Toutefois, de nouvelles méthodes de traitement et de prévention ne peuvent généralement être mises en œuvre qu’après avoir été examinées et avoir montré leur efficacité dans le cadre de projets de recherche sur l’être humain, un processus soumis en Suisse à des exigences rigoureuses.

Tests de méthodes sur l’être humain

Pour contrôler l’efficacité et la sécurité d’une nouvelle méthode, il faut la tester sur l’être humain. Pour ce faire, une autorisation officielle est nécessaire. Si une nouvelle méthode prouve son efficacité lors des tests et que le rapport bénéfice/risque est favorable, la méthode est autorisée, devient la norme, et peut donc être appliquée à l’être humain.

Protection des participants à la recherche

La participation à un projet de recherche n’est pas exempte de risques pour la santé des participants ; mais selon le projet, elle peut aussi leur permettre de bénéficier très tôt des nouvelles avancées de la science. Cependant, la priorité de tous les projets de recherche sur l’être humain est la protection des participants et la garantie d’un traitement respectueux de leurs données personnelles liées à la santé.

Tests de méthodes sur l’être humain: Les nouvelles procédures préventives ou thérapeutiques – un médicament, par exemple – doivent être testées dans le cadre de projets de recherche sur l’être humain autorisés par les autorités. Si une procédure prouve son efficacité et que le rapport bénéfice/risque est favorable, la procédure est autorisée pour la pratique clinique et devient la norme.
Tests de méthodes sur l’être humain

Les nouvelles procédures préventives ou thérapeutiques – un médicament, par exemple – doivent être testées dans le cadre de projets de recherche sur l’être humain autorisés par les autorités. Si une procédure prouve son efficacité et que le rapport bénéfice/risque est favorable, la procédure est autorisée pour la pratique clinique et devient la norme.

Tests de méthodes sur l’être humain

Pour contrôler l’efficacité et la sécurité d’une nouvelle méthode, il faut la tester sur l’être humain. Pour ce faire, une autorisation officielle est nécessaire. Si une nouvelle méthode prouve son efficacité lors des tests et que le rapport bénéfice/risque est favorable, la méthode est autorisée, devient la norme, et peut donc être appliquée à l’être humain.

Protection des participants à la recherche

La participation à un projet de recherche n’est pas exempte de risques pour la santé des participants ; mais selon le projet, elle peut aussi leur permettre de bénéficier très tôt des nouvelles avancées de la science. Cependant, la priorité de tous les projets de recherche sur l’être humain est la protection des participants et la garantie d’un traitement respectueux de leurs données personnelles liées à la santé.

Tests de méthodes sur l’être humain: Les nouvelles procédures préventives ou thérapeutiques – un médicament, par exemple – doivent être testées dans le cadre de projets de recherche sur l’être humain autorisés par les autorités. Si une procédure prouve son efficacité et que le rapport bénéfice/risque est favorable, la procédure est autorisée pour la pratique clinique et devient la norme.
Tests de méthodes sur l’être humain

Les nouvelles procédures préventives ou thérapeutiques – un médicament, par exemple – doivent être testées dans le cadre de projets de recherche sur l’être humain autorisés par les autorités. Si une procédure prouve son efficacité et que le rapport bénéfice/risque est favorable, la procédure est autorisée pour la pratique clinique et devient la norme.

Tests de méthodes sur l’être humain

Pour contrôler l’efficacité et la sécurité d’une nouvelle méthode, il faut la tester sur l’être humain. Pour ce faire, une autorisation officielle est nécessaire. Si une nouvelle méthode prouve son efficacité lors des tests et que le rapport bénéfice/risque est favorable, la méthode est autorisée, devient la norme, et peut donc être appliquée à l’être humain.

Protection des participants à la recherche

La participation à un projet de recherche n’est pas exempte de risques pour la santé des participants ; mais selon le projet, elle peut aussi leur permettre de bénéficier très tôt des nouvelles avancées de la science. Cependant, la priorité de tous les projets de recherche sur l’être humain est la protection des participants et la garantie d’un traitement respectueux de leurs données personnelles liées à la santé.

Tests de méthodes sur l’être humain: Les nouvelles procédures préventives ou thérapeutiques – un médicament, par exemple – doivent être testées dans le cadre de projets de recherche sur l’être humain autorisés par les autorités. Si une procédure prouve son efficacité et que le rapport bénéfice/risque est favorable, la procédure est autorisée pour la pratique clinique et devient la norme.
Tests de méthodes sur l’être humain

Les nouvelles procédures préventives ou thérapeutiques – un médicament, par exemple – doivent être testées dans le cadre de projets de recherche sur l’être humain autorisés par les autorités. Si une procédure prouve son efficacité et que le rapport bénéfice/risque est favorable, la procédure est autorisée pour la pratique clinique et devient la norme.